Anorexie-Boulimie / Exprime toi!
Nous cherchons à rendre ce lieu le plus confidentiel possible, c'est pourquoi certains modules du forum ne sont accessible qu'après vous être enregistré.

Cependant, certaines informations, comme la liste des ressources et de lignes d'écoute sont en accès libre.

Merci de votre compréhension et surtout, n'hésitez pas à nous rejoindre!

L'administration et les modératrices


Forum d'échange sur les troubles du comportement alimentaire
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Article: Le rôle des médicaments dans le traitement des T.C.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Administrateur
Administrateur
Administrateur


Féminin Nombre de messages : 213
Age : 60
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Article: Le rôle des médicaments dans le traitement des T.C.   Ven 20 Avr - 1:48

Le rôle des médicaments dans le traitement des troubles de l'alimentation
vol.1.8-1
Par Dr Mimi Israël
psychiatre, Hôpital Douglas

Les troubles de l'alimentation sont des problèmes complexes qui comportent des conséquences néfastes tant sur le plan psychologique que physique.

Quand ils se manifestent chez des jeunes en pleine croissance, il y a augmentation des risques que la personne affectée subisse des dommages permanents et même mortels et que toute sa vie en soit bouleversée, tant à l'école qu'au travail ou en société. Les troubles de l'alimentation entraînent une perte de productivité, une diminution des capacités et une grande détresse, autant pour les victimes que pour leurs familles. Il n'est donc pas étonnant de constater que presque toutes les classes de médicaments psychiatriques ont fait l'objet d'essais dans l'espoir de trouver un moyen de traiter les troubles de l'alimentation ou au moins de minimiser leur impact.

Au moment d'évaluer le rôle des médicaments dans le traitement des troubles de l'alimentation, il est important de distinguer l'anorexie de la boulimie et de l'hyperphagie boulimique, puisque dans chaque cas les réponses aux traitements pharmacologiques diffèrent. De plus, il ne faut pas négliger le fait que les troubles de l'alimentation sont fréquemment associés à d'autres états comme la dépression, l'anxiété, les troubles obsessionnels-compulsifs et la toxicomanie. Enfin, il convient de distinguer les médicaments utilisés pour traiter les troubles de l'alimentation de ceux qui sont prescrits pour traiter les complications et séquelles.


Information de base au sujet des antidépresseurs

Les antidépresseurs sont des médicaments conçus pour traiter la dépression. Toutefois, la plupart sont aussi efficaces dans le traitement de l'anxiété, des troubles obsessionnels- compulsifs, de la boulimie et de l'hyperphagie boulimique.

Tous les antidépresseurs actuellement disponibles sur le marché agissent en augmentant les niveaux de certains neurotransmetteurs dans le cerveau. Les neurotransmetteurs sont des messagers chimiques faisant partie d'un système qui assure la transmission de l'information d'une cellule cérébrale à une autre. Le neurotransmetteur le plus étudié dans le domaine des troubles de l'alimentation est la sérotonine: il semble jouer un rôle dans la régulation de l'appétit, la régulation de l'humeur et dans le contrôle des impulsions. La plupart des antidépresseurs sur le marché affectent la neurotransmission de la sérotonine. Le rôle exact de la sérotonine dans le développement ou le maintien d'un trouble de l'alimentation demeure incompris. Par contre, les données accumulées indiquent que les troubles de l'alimentation sont d'origine multifactorielle, c'est-à-dire qu'ils résultent de l'interaction de causes biologiques, psychologiques et socioculturelles, plutôt que d'être attribuables à une cause unique.

Pour l'instant les antidépresseurs qui sont prescrits le plus fréquemment sont les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS), soit les médicaments suivants: Fluoxetine (Prozac), Sertraline (Zoloft), Paroxetine (Paxil), Citalopam (Celexa) et Fluvoxamine (Luvox). Parmi les autres antidépresseurs prescrits couramment, mentionnons Venlafaxine (Effexor), Nefazodone (Serzone), Bupropion (Wellbutrin) et Mirtazepine (Remeron). Le Bupropion se vend aussi sous la nom de Zyban; il est utilisé comme agent pour aider les gens à cesser de fumer.


Médicaments et anorexie

Pour l'instant le meilleur traitement disponible pour l'anorexie est la "nourriture". Quoique les antidépresseurs ne se soient pas avérés utiles pour traiter les personnes qui souffrent d'anorexie tant que leur poids reste sous la normale, des études ont démontré que les antidépresseurs pourraient éviter des rechutes s'ils sont pris dès que le poids est rétabli. Les antidépresseurs peuvent aussi jouer un rôle efficace dans les cas où l'anorexie s'accompagne d'un trouble dépressif, anxieux ou obsessionnel-compulsif, reconnu cliniquement. Règle générale, l'antidépresseur soulagera les symptômes de l'état associé (par exemple, la dépression) sans nécessairement traiter l'anorexie. À ce jour, seuls les ISRS ont fait l'objet d'études chez les personnes atteintes d'anorexie, par contre d'autres antidépresseurs peuvent être utiles dans le traitement de troubles associés. Le seul antidépresseur à éviter est le Wellbutrin (et Zyban) qui augmente le risque de convulsions chez ceux qui souffrent d'anorexie et de boulimie.

Récemment, on s'est intéressé au rôle que pourrait jouer une nouvelle classe de médicaments, "les neuroleptiques atypiques", dans le traitement de l'anorexie, notamment Olanzepine (Zyprexa) et Risperidone (Risperdal) qu'on étudie en ce moment. Leur efficacité tiendrait au fait qu'ils agissent en diminuant l'anxiété face à la nourriture, facilitant ainsi le gain de poids.


Médicaments et boulimie

Les antidépresseurs se sont révélés plus utiles dans le traitement de la boulimie et de l'hyperphagie boulimique que de l'anorexie. Quand ils sont efficaces les antidépresseurs diminuent l'envie de faire une orgie alimentaire, ainsi que la fréquence des orgies, des purges et des vomissements provoqués. Ils agissent, que la personne souffrant de boulimie soit déprimée ou non. Comme dans le cas de l'anorexie, les antidépresseurs peuvent être utilisés pour traiter les troubles dépressifs, anxieux ou obsessionnels-compulsifs, associés à la maladie et reconnus cliniquement. Il arrive que les antidépresseurs diminuent certains symptômes associés à la boulimie, comme l'impulsivité et les sautes d'humeur, sans nécessairement avoir un effet sur les orgies, les purges et les vomissements provoqués.

Quoique les antidépresseurs aient un rôle à jouer dans le traitement de la boulimie, ils ne représentent pas une solution miracle. Il est rare qu'ils éliminent complètement les orgies, purges et vomissements provoqués, et même dans les cas où leur action est remarquable en début du traitement, les risques de rechute demeurent élevés. En fait, certaines études démontrent que les psychothérapies spécialement conçues pour traiter les troubles alimentaires sont plus efficaces que les médicaments, tandis que d'autres révèlent que la combinaison psychothérapies / médicaments est la plus efficace. À l'heure actuelle, l'approche recommandée dans le cas d'une boulimie sans autres désordres cliniques associés est de commencer le traitement par une psychothérapie individuelle ou de groupe. Si après quelques mois il n'y a pas d'amélioration significative dans les symptômes boulimiques, l'essai de médicaments peut être envisagé. Les ISRS ont fait l'objet des études les plus approfondies dans le traitement de la boulimie, mais dans la pratique courante il est reconnu que des antidépresseurs provenant d'autres classes peuvent être utiles. Il n'existe pas vraiment un antidépresseur qui soit plus efficace qu'un autre, mais il faut parfois en essayer plus d'un avant de trouver celui qui convient le mieux. Wellbutrin et Zyban sont à éviter en raison des risques élevés de convulsions et Remeron n'est pas recommandé parce qu'il peut augmenter l'appétit et entraîner la prise de poids.


Information générale sur les antidépresseurs

Principaux effets secondaires: les ISRS causent fréquemment des nausées, brûlures d'estomac, diarrhées et indigestions au début du traitement. Cependant, ces effets gastro-intestinaux ont tendance à disparaître après quelques semaines et ils peuvent être réduits en mangeant avant de prendre les médicaments. D'autres effets indésirables se rattachent souvent à la prise des antidépresseurs couramment prescrits: mentionnons, entre autres, céphalées, étourdissements, insomnie ou somnolence, agitation, nervosité et sudation. De plus, la plupart des antidépresseurs peuvent provoquer la sensation d'être coupé de ses émotions surtout avec les doses plus élevées. Enfin, la sexualité peut s'en trouver affectée, allant de la perte d'appétit sexuel à la difficulté d'atteindre un orgasme. Tous les effets indésirables sont réversibles dès la cessation des médicaments et ils s'atténuent si on diminue la dose. En général, les antidépresseurs mentionnés n'affectent ni le cour ni les reins et il n'y a aucune contre-indication pour ceux qui souffrent de diabète et de la plupart des autres maladies physiques.

Interactions médicamenteuses: certains antidépresseurs interagissent avec d'autres médicaments ce qui peut entraîner une augmentation des effets secondaires et parfois même des réactions indésirables. C'est pourquoi il est toujours recommandé d'informer les médecins, pharmaciens ou dentistes consultés que l'on prend des antidépresseurs. Il faut aussi être prudent quand on utilise des produits homéopathiques ou des médicaments naturels. Par exemple, le millepertuis ne devrait pas être combiné avec d'autres antidépresseurs, une réaction toxique étant possible.

Grossesse: Jusqu'à ce jour, aucune malformation congénitale n'a été rapportée par suite de l'utilisation d'antidépresseurs, mais il est toujours recommandé d'éviter la prise de médicaments pendant la grossesse. L'échange sanguin entre la mère et le bébé ne débute qu'après six semaines de grossesse, ce qui permet aux femmes qui planifient de devenir enceintes d'attendre que la grossesse soit confirmée avant d'arrêter les médicaments


SOURCE: IMAGE - ANEB Québec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boulimie.exprimetoi.net
 
Article: Le rôle des médicaments dans le traitement des T.C.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des résidus de médicaments dans l’eau du robinet
» Augmentation des zones marines mortes dans le Monde
» Article sur l'ouverture de filières technologiques dans de prestigieux lycées.
» L'après révolution dans les pays arabes
» C'est quoi le déisme?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anorexie-Boulimie / Exprime toi! :: Guérison :: Les ressources et lieu de thérapie-
Sauter vers: